Un programme extrême de tests hivernaux pour la nouvelle Kia Stinger

  • La berline sportive accomplit en Laponie des tests à des températures parfois inférieures à 35 degrés
  • Ultime mise au point des trains roulants, de la chaîne cinématique et des systèmes d’assistance
  • Au choix en propulsion avec différentiel de blocage optionnel ou en traction intégrale avec Torque-Vectoring-System dynamique

Les indications données ici au sujet de l’équipement de la Kia Stinger n’ont qu’un caractère provisoire et se réfèrent au marché européen. Vous trouverez en temps utile, avant la commercialisation du modèle, des informations relatives aux véhicules et aux motorisations disponibles en Suisse sur www.kiapress.ch.

Kia teste actuellement sa nouvelle berline sportive Stinger dans des conditions extrêmes. Après avoir été poussée dans ses derniers retranchements sur la boucle nord du Nürburgring – elle a en effet son port d’attache au centre d’essais européen de Kia –, la nouveauté performante affronte maintenant les rigueurs du cercle arctique à Arjeplog, en Laponie, dans le nord de la Suède. Là, une équipe de développement de cent personnes travaille sur l’ultime mise au point des trains roulants, de la chaîne cinématique et des systèmes d’assistance à la conduite de la Stinger, laquelle est disponible soit en deux roues motrices, soit en traction intégrale, et sera commercialisée en Europe au quatrième trimestre 2017.

Le programme comporte des tests sur différents revêtements, y compris un skid-pad pour les dérapages, un circuit de maniabilité et un parcours de slalom sur le lac gelé d’Uddjaure. Le but de ces essais consiste à peaufiner le comportement stable et fiable de la Kia Stinger en s’inspirant des voitures de Grand Tourisme, même dans des conditions de conduite extrêmes, ainsi qu’à lui inoculer ce plaisir de la conduite hors pair que distillent les berlines sportives à roues arrière motrices.

La Stinger est la première Kia disponible soit avec propulsion, soit avec traction intégrale. Mais même la traction intégrale continue de privilégier le train arrière et comporte un Torque-Vectoring-System (Dynamic Torque Vectoring Control) dynamique optimisé. Celui-ci répartit de façon ciblée le couple entre les roues, offrant ainsi la meilleure adhérence pour que le véhicule respecte sa trajectoire même dans les virages serrés et sur revêtement glissant. Pour les modèles à roues arrière motrices, Kia propose en option un différentiel de blocage mécanique. Celui-ci permet de répartir le couple de façon équilibrée entre les deux roues arrière et de décupler ainsi le plaisir de la conduite. Avec la version GT de la Kia Stinger 3.3 T-GDI, il est possible de déconnecter complètement le programme de stabilité électronique (ESC) et le contrôle de traction (TCS) en mode sport.

«Grâce à ces conditions d’essais extrêmes, nous sommes en mesure de maximiser la stabilité et la fiabilité que procure la Stinger dans toutes les configurations et quelles que soient les conditions de conduite», déclare Albert Biermann, responsable chez Kia des tests véhicules et des modèles hautes performances. «De ce fait, ces tests contribuent de façon déterminante à inoculer à chaque modèle la dynamique de conduite que les clients sont en droit d’attendre d’une berline sportive. Nous souhaitons que la conduite au volant de la Stinger engendre dans toutes les situations des sensations excitantes sans imposer des compromis sur le plan de la sécurité.

En outre, le programme de tests hivernaux a aussi pour but d’administrer la preuve de la robustesse de la Kia Stinger. À des températures allant jusqu’à moins 35 degrés, les ingénieurs de Kia peuvent tester chaque élément du véhicule dans des conditions extrêmes. Au même titre que pour tous les autres modèles Kia commercialisés en Europe, la garantie constructeur de 7 ans s’applique aussi à la Stinger.

Selon le marché, on a le choix entre trois motorisations pour la Stinger. Le moteur le plus puissant est le V6 Twin-Turbo de 3,3 litres développant 276 kW (370 ch) pour un couple de 510 Nm. La Stinger 3.3 T-GDI passe de 0 à 100 km/h en 5,1 secondes et est donc la Kia de série qui accélère le plus vite à ce jour. Le second moteur suralimenté à essence, un quatre cylindres de 2,0 litres, développe 188 kW (255 ch) et un couple de 353 Nm. La palette des motorisations est complétée par un turbodiesel de 2,2 litres qui développe une puissance de 147 kW (200 ch) pour un couple de 440 Nm. Tous les moteurs sont combinés à une boîte de vitesses automatique à huit rapports.

Photo

Texte